La Page Histoire

Cliquez pour agrandirSelon certains spécialistes de l'histoire et de l'archéologie, plus de 1000 ans d'histoire rythmeraient la vie de Hestroff. Pour ma part, sans vouloir remettre en cause les travaux de recherche entrepris, l'histoire remonterait au moins au temps des Romains. La présence de terres rouges et de fragments de tuiles sur la commune peuvent indiquer cette présence. En effet, parmi les activités typiquement romaines, nous trouvons la culture de la vigne et les constructions en maçonnerie, en particulier la fabrication des tuiles. Pour ce faire, ils devaient s'installer à proximité de ces fameuses terres rouges ainsi que le long d'un petit ruisseau. Indices que l'on retrouve encore actuellement à cet endroit. Enfin, pour conclure cette parenthèse, il faut noter que Piblange était le lieu d'une importante villa gallo-romaine.

Cliquez pour agrandirCe n'est seulement qu'après le premier conflit armé du 20ème siècle, que le village prit le nom de Hestroff. Durant l'annexion de 1871 à 1918, il s'appelait Hessdorf. En l'an 960, le premier nom connu de la localité était Heruwinivilla. Dans cette première toponymie, nous retrouvons effectivement le suffixe "villa", terme latin qui pourrait être un indice supplémentaire, pour étayer l'hypothèse de départ.

En ce qui concerne le blason, il est représenté par un agneau et trois coquillages. L'agneau est celui de St-Jean Baptiste, patron de la paroisse et les trois coquillages sont ceux du blason de Sierk, dont dépendait Hestroff au temps des Seigneuries.

Cliquez pour agrandirJusqu'au 12ème siècle, Hestroff appartenait à l'abbaye St-Pierre de Metz. C'est en 1212, que l'abbaye Cistercienne de Villers-Bettnach acheta la commune à cette dernière. La vie de la paroisse fut longtemps marquée par cette appartenance. Ce n'est qu'en 1730 que l'église a été construite, mais a connu très vite un problème de place, car à cette époque résidaient à Hestroff 697 personnes et 150 à Eidling (ce village était lié à Hestroff). On note qu'en 1866, une tempête avait emporté la croix du clocher (comme quoi les tempêtes ne sont pas seulement des phénomènes d'actualité).

Cliquez pour agrandirHestroff a été marqué par une forte activité durant la révolution française, puisque de nombreux prêtres réfractaires venaient se cacher dans la localité. Selon des dires, il y aurait encore à l'heure actuelle un tunnel partant du presbytère et allant dans la cave d'une des maisons en face de l'église. Il aurait justement servi au cours de ces périodes troubles de 1789. En ce qui concerne les moulins, il y en avait deux sur le territoire communal. La Warschmule, près du Streiffel qui date des environs de 1830, celui-ci fournissait de l'étoupe, et la Geismuhle (moulin des chèvres), le long de la route de Metz en allant vers Anzeling.

Cliquez pour agrandirConcernant les grandes guerres, Hestroff ne fut pas épargné. Encore aujourd'hui de nombreuses traces sont encore visibles (tranchées, ouvrages fortifiés, croix). A en croire une croix placée près du pont du chemin de fer sur la route de Hobling, il y aurait eu une bataille durant le premier conflit mondial. Pour ce qui est de la seconde guerre mondiale, il suffit d'ouvrir les yeux pour découvrir les forts de la ligne Maginot. Le plus célèbre de la commune, est l'ouvrage A24 du Bois de Bousse, connu pour ses fresques peintes par les soldats durant "la drôle de guerre".

Cliquez pour agrandirEn 1939, la population de Hestroff fut évacuée vers Saint-Sauveur dans la Vienne. Ne restaient plus que les hommes du 162 R.I.F. (Régiment d'Infanterie de Forteresse) pour gérer la vie du village. L'ouvrage A24 était occupé par 138 hommes et 4 officiers et composé de 4 blocs de combat. Le 15 juin 1940, un ordre d'évacuation est donné par l'ouvrage "l'Anzeling". Avant de prendre la fuite, les hommes détruiront les équipements du fort et malheureusement en premier, le centre de transmissions. Pendant ce temps là, un contre-ordre était émis...
La plupart des militaires furent capturées par l'armée allemande près de Kédange.





Les cadres de l'A24. Au deuxième rang, la troisième personne en partant de la gauche, le Sergent Pierre JACOB, habitant de la localité

Une des nombreuses fresques de l'ouvrage

Messe donnée en 1940, dans le fort Le Lieutenant Gendre au travail

Histogramme représentant la population de Hestroff depuis 1802

Population de Hestroff

Sources


Retour au sommaire général